Plantes et poteries. Diwan lance un nouveau marché dimanche

Autour des enfants de l’école Diwan, des membres du comité de soutien présentent la 1re édition du nouveau marché, Douar ha Pri, qui se tient dimanche.

Il y avait déjà Artisan’Art, devenu l’événement que l’on sait. Il y aura désormais Douar ha Pri. Ce premier marché de pépiniéristes et de céramistes ne demande, lui aussi, qu’à grandir. Première édition, dimanche, en centre-ville.

L’école Diwan de la Grand-rue ne roule pas sur l’or. Certes, le lieu est bien mieux adapté que les anciens locaux du quai Charles-de-Gaulle. Il n’empêche, son fonctionnement entraîne des frais supplémentaires. Pour venir en aide à l’école bilingue, le comité de soutien, Kuzul Skoazell Diwan Kastellin, organise déjà le fameux marché de Noël, Artisan’Art. L’aventure a commencé humblement, en 2006, à la salle des fêtes. En novembre, elle fêtera sa dixième édition, à Coatigrac’h. Ce sera l’occasion, pour plusieurs milliers de visiteurs, de retrouver une cinquantaine d’artisans d’art, parmi les plus créatifs du grand ouest. C’est l’un des événements du genre parmi les plus importants du département.

La terre et l’argile



« Depuis quelque temps, nous voulions lancer un pendant printanier à cette manifestation automnale », justifie Cécile Join, la présidente du comité. C’est chose faite avec le nouveau marché Douar ha Pri. Dimanche, de 10 h à 18 h, les bords de l’Aulne vont s’égailler en accueillant une dizaine de pépiniéristes et de céramistes. « Nous avons appelé ce rendez-vous Douar ha Pri car Douar veut dire la terre, celle des pépiniéristes, et Pri, l’argile, pour les céramistes », traduit la présidente. Celle-ci entend bien pérenniser ce nouveau marché dans le même esprit de qualité et d’originalité qui a fait le succès d’Artisan’Art.

1.600 fuchsias



« À terme, nous aller vers quelque chose de plus ambitieux et envisageons d’investir les quais pour dynamiser le centre-ville ». Pour cette année, c’est un peu court.

 

Cette première édition s’est montée un peu dans l’urgence, si bien qu’il n’a pas été possible de formaliser les accords avec la Ville pour occuper le quai Cosmao. Le marché se déroulera donc, en centre-ville tout de même, sur le terrain de l’ancien camping de La Ville-Jouan. « Le parcours sera fléché », rassure Cécile Join. Côté « Douar », il n’y aura que des pépiniéristes ayant une spécialité. C’est le cas du local de l’étape, Laurent Métivier. Dans ses serres de Penfrat, le Saint-Ségalais a une collection impressionnante de fuchsias : 1.600 variétés ! On découvrira aussi des succulentes et des cactus de Ploudaniel et bien d’autres magnifiques plantes d’ornement, de Plogonnec et d’ailleurs.

Poteries colorées et contemporaines



Côté « Pri », l’argile sera notamment magnifiée sous les doigts experts de Jeanne-Sarah Bellaiche. L’ancienne enseignante en arts appliqués et modelage est bien connue sur le territoire. Dans son atelier de Pont-Coblant, « La terre tourne », cette passionnée de transmission accueille de nombreux stagiaires. On a déjà pu admirer ses créations contemporaines lors de précédentes éditions d’Artisan’Art. Idem pour les oeuvres très colorées de Cécile Rousseau dont les bols, carreaux et petites sculptures naissent à Tréméoc, dans son atelier « L’Éclosion poterie ». D’autres ravissements encore attendent les amateurs.

Pratique
Douar ha Pri, marché de pépiniéristes et de céramistes, dimanche, de 10 h à 18 h, en centre-ville (ancien camping de La Ville-Jouan). Entrée : 1 €. Petite restauration sur place.

Lire l’article sur le Telegramme >ici<